.
 
  PAGE D'ACCUEIL
  LIVRE D'OR
  ECHANGES ET SEJOURS
  TOURISME
  SPORTS
  ENSEIGNEMENT/APPRENTISSAGE DU FLE
  => Autonomie vs Dépendence
  => Les Stéreotypes dans la Salle de Classe
  => La Relation Enseignant-Élève
  => La Technologie dans la Salle de Classe
  ESPAGNOL
  GASTRONOMIE MEXICAINE
  MYTES ET LEGENDES
  CONTACTEZ-NOUS
  GALERIE DE SOUVENIRS DE LA LICENCE EN LANGUES MODERNES
Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (7 hits) Ici!
Les Stéreotypes dans la Salle de Classe

Les Stéréotypes dans la Salle de Classe

Dans les cours de langues, c'est typique de rencontrer des stéréotypes des deux parties, de sorte que tant le professeur natif comme les étudiants ont d'expectatives de la classe selon leur culture.

Ces stéréotypes influent dans l'attitude du professeur, ses étudiants et dans le déroulement de la classe. Et qui suscitent des differences et parfois l'incomprehension de toutes les deux parties, qui laisse une mauvaise impression du français chez l'étudiant, et ce dernier provoque une inhibition de son apprentissage du français.

Tant le professeur comme l'étudiant ont de pensées et coutumes differentes. Le professeur français et ses étudiants mexicains diffèrent souvent dans la salle de classe, dans leur manière de se comporter et de travailler.

Pour commencer nous allons mentionner des stéréotypes que nous avons rencontré dans les cours de Langues Modernes ici à l'université. 

La Motivation

L'étudiant mexicain, selon son éducation behavioriste, croit que la responsabilité de lui motiver tombe complètement sur le professeur. Et il lui responsabilise s'il échoue, mais s'il réussi l'étudiant va se féliciter lui même seulement.

Le professeur français perçoit la motivation d'autre manière, l'étudiant doit se motiver et s'auto-évaluer constamment pour réussir, et s'il ne reussit pas c'est parce que l'élève n'est pas autonome.

Manière de Travailler

Par exemple les exposés, la participation en classe et dehors la classe.

Les exposés des étudiants mexicains:

Le sujet est divisé en parties, et ces derniers sont distribuées entre les étudiants. Une fois qu'ils finissent de partager, l'équipe ne se voit plus jusqu'à la date de l'exposé au dernier minute. Les exposés n'ont d'introduction ni de structure, ni de coherence, ni de feedback. C'est seulement présenter des informations et c'est tout.

L'étudiant mexicain ne fait pas d'interventions ou de contributions à la classe, il le fait pour répondre des questions directes mais il ne contribue pas par son propre initiative. Nous avons une culture de silence dans la salle de classe, où l'étudiant doit écouter le professeur tout le temps parce qu'il détient le savoir.

Les examens et la note

Selon notre expérience, les examens mexicains sont elaborés avec des questions traditionnels qu'impliquent des réponses mémorisées plus que de réfléxion. Les examens ne servent pas à vérifier si l'étudiant comprend ce qu'il apprend, mais à vérifier s'il a la quantité nécessaire des connaissances pour réussir à la matière.

Dans le système mexicain, la note pour évaluer l'étudiant va de 1 à 10, la note approbative va de 6 à 10, et en certaines écoles de 7 à 10. C'est normal de rencontrer des étudiants qui ont un 10 dans un examen, un travail ou dans la matière. Mais la note française va de 1 à 20, dont les élèves ont rarement la note de 20, et leurs notes vont de 13 à 17 ou 18, que bien sur ne sont pas de mauvaises notes. Dans les cas des étudiants mexicains qui sont habitués à avoir une note de 10, quand ils se rencontrent avec ce système français ils réagissent de manière negative parce qu'ils n'atteignent pas la note la plus haute, ce qui crée frustration chez l'étudiant.



MON ECOLE

 






Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

 
   
Publicité  
   
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=